Pièces d’apprentissage

Étudiante à l’école de Bijouterie et d’Orfèvrerie TANE depuis octobre 2016,

je vous expose ici quelques pièces faites à l’école :

Cette formation prépare au CAP de bijoutier-joailler, mais nous avons également eu un module d’orfèvrerie. Les pièces présentées ici sont donc des pièces de bijouterie et d’orfèvrerie. Bien sûr, toutes les pièces ne sont citées dans cet article. Parmi ces travaux, différentes techniques ont été utilisées : rétreinte, planage, soudure, perçage, polissage … pour l’orfèvrerie. Traçage, sciage, limage, repercé, soudure, ramolayé, embouti, un tout petit peu de granulation, émerisage… pour la bijouterie.

La coupelle (Orfèvrerie), laiton.

coupelle avant polissage

coupelle en cours de fabrication

 

La boîte à limaille (Orfèvrerie), base, couvercle et tamis en laiton.

boîte à limaille

boîte à limaille

base, tamis et couvercle

base, tamis et couvercle

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pendentif aztèque ( Bijouterie), laiton.

20170112_121756

Pendentif aztèque

 

Les entrelacs (Bijouterie), laiton et cuivre.

Les entrelacs sans les finitions, avant le déroché

Les entrelacs sans les finitions, avant le déroché

 

Le Ra-tricquet Boule, laiton

la pièce finie

la pièce finie

les étapes de fabrication

les étapes de fabrication

 

 

Enregistrer

Petit Stage au Sénégal

Pikine, marché Djiby Sarr, Bijouterie de la Nation,

la bijouterie de la nation

la bijouterie de la nation

Au bord de la route principale, de petits ateliers d’artisans, des bijoutiers, des couturiers, des maroquiniers, des cordonniers, mais aussi des boutiques de réparation informatique, des dibiteries (viande de mouton), des boutiques de tissus, et plus loin, quand on s’enfonce dans ce marché très dense, on y trouve des légumes, des poulets, du poisson… Tout plein de choses très variées.

Le matin, c’est café au lait avec 3 ou 4 sucres et une baguette avec beurre, chocolat ou viande, puis le marchand d’oiseaux à libérer passe par là, puis s’ensuivent tout au long de la journée les marchands de matériels et outils qui passent dans les boutiques, la vendeuse de thé (attaya), le vendeur de café… et puis tous les artisans ou vendeurs des différentes boutiques qui viennent visiter les autres, pour palabrer, saluer, échanger…

Petite pause attaya pendant une coupure de courant

Petite pause attaya pendant une coupure de courant

C’est donc dans cet environnement, dans la Bijouterie de la Nation, petite boutique et atelier de Badar bijoutier karatéka sénégalais que j’ai pu faire mon stage. Il faut être présent de 9h à 21h et on travaille quand il y a les matières premières nécessaires et on s’arrête quand il fait trop chaud ou quand on commence à faire trop de bêtises (dans mon cas) et aussi pendant les coupures de courant car il y a peu de lumières et surtout le ventilo de tourne plus, et on se noie dans sa sueur…et il y a aussi la pause attaya, la plus importante de la journée après le déjeuner !

Les bijoux qu’il fait sont surtout en argent, parfois en or, pour les alliances, il vend également des bijoux importés. Ce qu’il crée le plus sont les chevalières avec des pierres (Akhikha) et les bagues à grigris, pour les hommes.

 

  • Mon premier travail : sertir des pierres pour en faire des pendentifs, certes un peu rococo comme style, mais très intéressant niveau technique ! Pour ce premier exercice, Badar m’a accompagné sur chaque étape.

Etape 1 : faire fondre les morceaux d’argent à la forge (2 couloirs plus loin) pour en faire un lingot, puis aller à la machine (dans un autre atelier) pour aplatir une partie du lingot pour en faire une plaque assez fine et allonger l’autre partie pour en faire

pierre avec la tige d'argent

pierre avec la tige d’argent

une tige plate.

Etape 2 : couper la plaque sur le modèle de la pierre avec 5mm en plus et scier un cercle à l’intérieur, au cas où on voudrait retirer la pierre de

son socle. Attention à la lame de la scie, il n’y en a qu’une seule et ça coute cher !! Alors concentration maximale !!

 

Etape 3 : Avec la tige, il faut prendre la forme exacte de la pierre, ça va l’entourer sur le bijou. Puis souder la tige pour qu’elle forme une sorte de cercle.

Etape 4 : Souder la tige (qui a la forme de la pierre) sur la plaque.

Etape 5 : Avec deux fils d’argent très fin, faire une torsade, il y a deux techniques :

  • sur une plaque avec un clou, placer le fil autour du clou et l’enrouler sur une sorte de manivelle, puis tourner la manivelle !
  • commencer à enrouler les deux fils, puis faire rouler un morceau de bois (genre long et carré) dans le même sens les deux fils.

On recommence cette étape avec deux torsades, le résultat ressemble à une sorte de chaîne.

Etape 6 : Donner la forme de la pierre, du tour de la tige, avec la torsade et la souder à la plaque

socles et pierres, fils torsadés

socles et pierres, fils torsadés

. Attention, comme la pièce n’est pas pleine mais présente des espaces, la soudure ne se fait parfois pas très bien, la brasure peut être aspirée par les espaces vides des torsades.

Etape 7 : Couper le surplus de plaque qui dépasse. Et limer le tout.

Etape 8 : créer de petits anneaux avec un fil d’argent, les souder au pendentif

Etape 9 : Sur une plaque découper des pièces qui serviront d’apprêt au pendentif, les former et les souder dans les anneaux.

Etape 10 : les finitions !! Limer le tout, les laver, et puis enfin coller les pierres !

Voilà vous savez tout de cet exercice.

Pour voir les créations finies, cliquez ici!

  • Le deuxième travail que j’ai fait là bas, ce sont les boucles d’oreilles et les pendentifs avec les Cauris. Pour cet exercice, Badar m’a montré l’exemple sur un Cauri, puis m’a laissée travailler sur les 19 autres cauris. Ce n’était pas un exercice facile,
    les cauris en fabrication

    les cauris en fabrication

    mais j’ai pu apprendre beaucoup à me débrouiller. De temps en temps il était là pour me donner des conseils. Après quelques mauvaises manip’, des déceptions et des réussites (un peu quand même), me voilà avec un joli résultat, que vous pouvez voir sur ma boutique en ligne ! Ou admirer sur les photos !

Pour voir les créations finies, cliquez ici!

 

Ce stage m’a permis de découvrir des techniques de bijouterie du Sénégal et de la débrouille, car il n’y a que peu de moyens, mais même sans ça, il y a tellement de possibilités !

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer